Un mois de confinement supplémentaire

Lors de son allocution télévisée du 13 avril 2020, Emmanuel Macron a annoncé le prolongement du confinement généralisé jusqu’au 11 mai, tout en préparant les Français à la sortie.

C’était un secret de polichinelle. Avec des courbes du coronavirus toujours très élevées en France et un nombre de personnes en réanimation très important, le prolongement du confinement était devenu inéluctable. Le Président de la République l’a rendu officiel en ce 13 avril. Un mois supplémentaire pour permettre le désengorgement des hôpitaux et préparer l’après. « L’épidémie n’est pas encore maîtrisée », a ainsi précisé le Chef de l’État. Pour ce qui est des modalités du confinement, elles restent inchangées.

Une réouverture progressive des crèches et écoles

« A partir du 11 mai, nous rouvriront progressivement les crèches, écoles, collègues, lycées », a annoncé Emmanuel Macron. Une décision poussée par des inégalités encore plus criantes pour les enfants des quartiers difficiles, ce qui renforce l’injustice sociale. En revanche, pas de réouverture physique avant septembre pour l’enseignement supérieur, ce qui aura des conséquences probables sur la tenue des examens et concours.

Confinement prolongé pour les lieux de rassemblement et les plus fragiles

Si certains secteurs de l’économie devraient pouvoir remonter le rideau, les lieux de rassemblement de public devront quoi qu’il arrive patienter. C’est le cas des restaurants, hôtels, cinémas, théâtres, salles de spectacle… Leur situation sera évaluée « à partir de mi-mai, chaque semaine« , a précisé le Président de la République. Quant aux festivals, aucun ne pourra avoir lieu avant mi-juillet.

Les personnes âgées et fragiles, présentant des risques et comorbidités, devront elles aussi prolonger le confinement, « tout au moins dans un premier temps ». Emmanuel Macron n’a pas esquissé de date de sortie pour ces derniers, les plus en danger face au coronavirus.

Des masques pour sortir du confinement…

Pour ceux qui auront le droit de sortir, en revanche, il faudra continuer de pratiquer les « gestes barrières ». La distanciation sociale sera une des clés, mais aussi le port du masque, qu’Emmanuel Macron souhaite généraliser dès le mois de mai. Pour cela, « l’État devra permettre à chaque Français de se procurer un masque grand public », a affirmé le Président de la République. Le masque pourrait même devenir obligatoire dans « certaines situations, comme les transports en commun ».

… et des tests… mais pas pour tout le monde

La politique du gouvernement sera également de généraliser les tests de dépistage. Chaque individu présentant des symptômes du COVID-19 pourra se faire tester. Emmanuel Macron a bien précisé que cela ne concernerait pas les autres : « Nous n’allons pas tester toutes les Françaises et tous les Français, cela n’aurait aucun sens ». Pourtant, le coronavirus peut se transmettre en période d’incubation, avant donc l’apparition des premiers symptômes. Cette politique de dépistage pourrait donc présenter des limites en termes d’efficacité pour endiguer l’épidémie.

Écrire un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *