Plus d’un million de cas de coronavirus dans le monde

Ce 2 avril marque un nouveau tournant dans la crise du COVID-19. La barre du million de cas positifs au coronavirus a été dépassé dans le monde.

Il y a tout juste une semaine, la barre des 500 000 cas positifs de coronavirus était dépassée. Le nombre de personnes atteintes a donc une nouvelle fois doublé en une semaine, avec un chiffre s’élevant à 1 004 434. Le nombre de décès a lui aussi été multiplié par deux : 51 558. En conséquence, le taux de mortalité moyen s’élève désormais à 5,1%. Il n’a jamais été aussi élevé. Géographiquement, et comme annoncé précédemment, la donne a changé.

Un quart des cas positifs aux États-Unis

Les États-Unis sont devenus en une semaine le premier foyer du coronavirus dans le monde. A eux seuls, ils comptent près d’un quart des cas positifs, avec 237 812. Le nombre de nouveaux cas détectés chaque jour ne cesse d’augmenter depuis le 21 mars. Il était de 26 473 pour la seule journée du 1er avril. Le nombre de décès est lui aussi en progression. Il a dépassé le millier pour la seule journée de mercredi, et le total s’élève désormais à 5 713. New York et le New Jersey restent les régions les plus touchées.

De l’autre côté de l’Atlantique, rien ne semble donc freiner la propagation du COVID-19. Certains États tardent même toujours à prendre des mesures de restriction de déplacements, même si quatre ont décidé d’adopter le confinement mercredi. Malgré les politiques de distanciation sociale mises en place, le gouvernement fédéral estime que le nombre de morts pourrait s’élever à 100 000 à 240 000. Un chiffre très éloigné des 2,2 millions de morts estimés si aucune mesure n’avait été prise. Le Président américain, Donald Trump, surfe sur ces chiffres et positive sur le fait qu’il a « sauvé 2 millions d’Américains« .

L’Italie et l’Espagne toujours dans l’œil du cyclone

Du côté de l’Europe, l’Italie continue de cumuler le plus grand nombre de décès officiels liés au coronavirus : 13 915 pour 115 242 cas positifs. Malgré plusieurs semaines de confinement, la courbe du nombre d’infections commence à peine à s’infléchir. La situation est similaire en Espagne où l’on vient de dépasser les 10 000 morts pour 110 238 cas positifs. Face à la crise, le gouvernement ibérique a décidé le 28 mars de durcir un peu plus le confinement, interdisant à tous les métiers « non essentiels » d’aller travailler jusqu’au 9 avril.

La France, l’Allemagne, le Royaume-Uni, les Pays-Bas y seront bientôt

Ailleurs en Europe, la situation ne fait qu’empirer. En France, le nombre de nouveaux cas commence à décliner, mais le chiffre des décès reste très élevé, s’élevant à 4 503 à l’hôpital en ce 2 avril. Depuis ce jour, le pays communique également sur le nombre de décès en EPHAD et il est au minimum de 884 depuis le début de l’épidémie.

En Allemagne, le nombre de cas a dépassé aujourd’hui celui de la Chine (84 600), les décès sont en constante augmentation et viennent de passer la barre du millier (1 097). Les jours prochains détermineront si la stratégie du dépistage systématique outre-Rhin finira par payer.

En revanche, au Royaume-Uni, la situation semble hors de contrôle. Personne n’est à l’abri, à l’image des cas positifs du Prince Charles ou du Premier Ministre, Boris Johnson. L’île britannique compte désormais 33 718 cas positifs officiels et 2 921 décès. Aux Pays-Bas, où il n’y a toujours pas de confinement, le virus s’installe durablement. Avec 14 697 cas positifs et 1 339 victimes, le pays batave s’enfonce dans la crise avec le risque qu’elle s’aggrave dans les prochains jours.

Écrire un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *