Les Français pourront partir en vacances cet été

Édouard Philippe a annoncé ce 14 mai que les Français pourraient partir en vacances cet été en France. Et si cela ne pouvait pas être le cas, leurs réservations seraient intégralement remboursées.

La question était sur toutes les lèvres à l’approche de l’été : pourrait-on partir en vacances ? Et si oui, où ? A pas plus de 100 km de son domicile ? Le Premier Ministre, Édouard Philippe, a donné ce 14 mai des éléments de réponse. Et de quoi rassurer bon nombre de Français inquiets, après la sortie de huit semaines de confinement. « Les Français pourront partir en vacances en France au mois de juillet/août, en métropole, dans l’Hexagone et dans les outre-mer », a déclaré le chef du gouvernement.

Les Français vont partir, le tourisme va repartir

Ainsi, la règle de 100 km pour les déplacements sera levée au plus tard le 30 juin pour permettre aux Français de rejoindre leur lieu de villégiature. L’industrie du tourisme, durement touchée depuis le début de l’épidémie de coronavirus par la chute de la fréquentation et la fermeture de leurs établissements, doit pousser un ouf de soulagement. Le gouvernement va leur donner un coup de pouce supplémentaire en garantissant les réservations des Français. Si l’épidémie de COVID-19 empêche finalement les départs en vacances, les Français seront intégralement remboursés de leurs réservations par l’État. De quoi leur permettre de franchir le pas et garantir du chiffre d’affaires pour les hôtels, campings et centres de vacances.

Les vacances, oui, mais en France

Pour ceux qui avaient des envies d’ailleurs, il faudra cependant patienter. Peu de chances que les frontières rouvrent d’ici septembre. Les Français devront passer leurs vacances en France, et pas à l’étranger. Une aubaine pour les stations balnéaires et villes prisées au moment de l’été. Mais il s’agit là plus d’une compensation, car ils sont privés des touristes étrangers, un manque à gagner important. Édouard Philippe a d’ailleurs demandé aux futurs vacanciers de faire fonctionner l’économie locale à travers les restaurants et commerces. « Le style de vie à la française », comme il l’a appelé.

Les campings et les hôtels se préparent déjà à leur déconfinement. Ils ont proposé des plans de réouverture, prenant en compte les règles de distanciation sociale et le respect des gestes barrières. Une toute nouvelle approche qui leur a nécessité de revoir un certain nombre de services mis à disposition de leur clientèle. Accès limité aux piscines et aires de jeux, nettoyage intégral des chambres, suppression des mobiliers inutiles et potentiellement vecteurs du virus, etc.

Des aides pour les moins favorisés

Édouard Philippe n’a oublié personne dans ses annonces. Pour ceux qui auraient des moyens limités pour partir en vacances, le Premier Ministre prévoit des aides : « Nous voulons faire en sorte que tous ceux qui ont vécu dans des conditions parfois les plus dures le confinement, puissent avoir un accès plus facile à des placements, à des voyages, à des opérations de tourisme social ».

La question des transports n’est pas tranchée

C’est bien de pouvoir partir en vacances, encore faut-il réussir à arriver à destination. Si les voyages en voiture ne poseront pas de problème, les voyages en train ou en avion restent encore en suspens. L’industrie aéronautique, en pleine crise, va encore devoir patienter pour rebondir, face à la limitation des vols internationaux. Et avec les obligations sanitaires de condamner des sièges pour respecter la distanciation entre chaque passager, la question de la rentabilité de chaque vol va se poser.

Les problèmes sont relativement similaires pour le train, à ceci près que la SNCF a un devoir de service que les compagnies aériennes n’ont pas. Jean-Pierre Farandou, le PDF de la SNCF, a ainsi indiqué à RTL qu’il espérait « arriver à 100% des TCV au début de l’été ».

Écrire un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *