L’épidémie de coronavirus accélère : 200 000 cas dans le monde

La situation liée au coronavirus devient de plus en plus alarmante dans le monde. Si la maladie est contenue en Chine, de multiples foyers (Iran, Italie, Espagne, France, États-Unis…) voient le nombre de personnes infectées augmenter de façon exponentielle.

Il avait fallu 8 jours pour passer de 100 000 cas à 150 000. Il n’en a fallu que 4 pour dépasser les 200 000. D’après le site worldometers, le nombre de personnes infectées continue de croître de manière exponentielle, malgré les mesures prises ça et là pour freiner la maladie. Ce sont désormais 167 pays touchés par la pandémie de coronavirus dans le monde, et le nombre de morts s’élève à 8 000. Le taux de mortalité du virus enfle donc pour approcher les 4%.

Hors d’Europe, les États-Unis et l’Iran inquiètent

La Chine reste le pays où l’épidémie a été la plus féroce (80 000 cas, 3 237 morts), mais elle a réussi à freiner nettement la propagation de la maladie. Il n’y a plus que 8 000 personnes encore infectées, d’après l’administration chinoise. En revanche, l’Italie continue de préoccuper le monde entier (31 500 cas, 2 500 morts). Les chiffres s’emballent chaque jour avec près de 3 000 nouveaux cas quotidiens. Le taux de mortalité s’élève à presque 8%, bien au-dessus de la moyenne mondiale. La faute à un système de santé complètement dépassé et à une prise de conscience tardive par les autorités. On peut néanmoins espérer que le confinement total actuellement en cours finisse par ralentir la propagation du virus.

L’Iran, troisième pays le plus infecté avec 16 000 cas déclarés et presque un millier de morts, semble aussi dépassé par les événements. Malgré les appels à l’arrêt des déplacements, les Iraniens ont du mal à respecter les consignes, à l’image du Mausolée de l’Imam Reza, à Mashhad, toujours très fréquenté et favorisant la prolifération du virus.

Aux États-Unis, le virus se répand à vitesse grand V, en particulier dans l’État de New York, qui compte un tiers des malades constatés. Donald Trump a demandé lundi 16 mars aux Américains d’éviter les rassemblements de plus de 10 personnes. Une réponse qui semble aujourd’hui légère par rapport à la menace.

L’Europe, épicentre de la pandémie

La situation en Espagne est également très préoccupante. Le pays connaît la propagation la plus importante d’Europe, derrière l’Italie, et le nombre de morts explose : déjà plus de 500 alors que le coronavirus n’y est apparu que fin février. Comme en Italie, le confinement le plus total a été décrété par les autorités.

De son côté, l’Allemagne connaît un nombre de cas très important et en augmentation exponentielle. Mais outre-rhin, le système de santé parvient à contenir la maladie, avec seulement 26 victimes. La France connaît aussi un début de crise pandémique et est le cinquième pays le plus touché au monde en termes de victimes.

Le Royaume-Uni, qui avait d’abord décidé de ne rien faire face à la crise, a finalement annoncé des premières mesures de confinement lundi soir. Quant aux Pays-Bas, qui ont fait le choix de tenter la chance de l’immunité de masse (c’était le choix du Royaume-Uni jusqu’à il y a peu), l’avenir dira si leur stratégie s’avère payante.

Écrire un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *