Le jogging au cœur des dissensions

Malgré le confinement en place en France depuis le 17 mars, de nombreuses personnes se retrouvent chaque jour dehors à faire du jogging. Hérésie ? Oui, mais hérésie autorisée, diront certains.

C’est l’une des raisons de sortir autorisées durant le confinement : la course à pied, durant 1h maximum, dans un rayon d’un kilomètre du domicile. L’objectif était avant tout de permettre de s’aérer l’esprit de temps en temps via la pratique du sport, qui renforce par ailleurs le système immunitaire. Mais certains en ont fait une religion. « Je cours parce que j’ai le droit », a-t-on pu entendre dans les rues des grandes villes. En pleine période de confinement, où le mot d’ordre est « Restez chez vous », cela sonne faux.

A Paris, La Maire, Anne Hidalgo, voyant les abus, a souhaité limiter la pratique de la course en la limitant avant 10h ou après 19h. Le résultat s’est retourné contre elle, comme en témoignent plusieurs journalistes.

Au lieu de réduire le nombre de joggers, ils sont désormais plus nombreux aux heures autorisées. Cela fait courir un risque plus grand pour chacun des coureurs. Pourtant, de nombreuses communes et départements ont suivi l’exemple : le Val-de-Marne, le Val-d’Oise, la Seine-et-Marne, les Yvelines et les Hauts-de-Seine en région parisienne appliquent les mêmes restrictions qu’à Paris. Montpellier, Lattes, ou encore Saint-Étienne ont pris des arrêtés similaires.

[Mise à jour du 19 avril] Le 15 avril, les départements du Val-d’Oise, de Seine-et-Marne, des Yvelines et des Hauts-de-Seine n’ont pas renouvelé les arrêtés limitant les heures de jogging. Là-bas, il est de nouveau possible de courir à toute heure de la journée, dans le respect des règles du confinement.

Les distances de sécurité doivent être augmentées lorsqu’on court

Lorsque l’on court ou qu’on fait du vélo, les distances de sécurité face au risque de propagation du coronavirus s’allongent, comme l’explique une étude belge sur la question. Selon cette étude, qui a observé la dispersion des gouttelettes émises lorsqu’on fait du sport, il faudrait s’écarter de 4 à 5 mètres d’une personne qui court devant ; au moins 10 mètres lorsqu’on fait du vélo. Ainsi, il vaut mieux courir côte à côte plutôt que l’un derrière l’autre.

Faire du jogging, oui, mais après le confinement

Face à ces scènes surréalistes de Paris transformé en grand terrain d’athlétisme, les internautes qui respectent le confinement à la lettre sont furieux. Les noms d’oiseaux pleuvent, beaucoup suspectent que certains ont commencé à courir uniquement depuis qu’on n’a plus le droit de sortir. « Avec des gens comme ça, il ne faudra pas s’étonner si on ne peut plus sortir avant juillet », peut-on aussi lire sur les réseaux sociaux. D’autres, enfin, s’interrogent si ces nouveaux coureurs continueront à s’exercer une fois le confinement levé.

Écrire un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *