Le déconfinement confirmé pour le 11 mai

Le Premier Ministre, Édouard Philippe, a confirmé en ce 7 mai le levée progressive du confinement à partir du 11 mai. Mais toutes les régions n’auront pas le même traitement.

C’était annoncé. Emmanuel Macron l’avait lui-même plus ou moins suggéré lors de sa visite à Poissy il y a quelques jours. Le déconfinement débutera bien le 11 mai, comme il l’avait lui-même décidé. Lors d’une conférence de presse et en compagnie d’une bonne partie de ses ministres, Édouard Philippe l’a confirmé ce jeudi 7 mai. Il en profité pour rappeler les contours fragiles de ce déconfinement, demandant notamment aux Français de garder la plus grande prudence. En particulier, le chef du gouvernement insiste pour que les plus vulnérables, premières victimes du COVID-19, restent au maximum chez eux. Au lieu de les obliger à se confiner, les pouvoirs publics les mettent désormais face à leur propre responsabilité pour « se protéger et protéger les autres ».

Les trois quarts du territoire en « vert »

Elle était aussi attendue : la carte du déconfinement, présentée par le Ministre de la Santé, Olivier Véran. Comme prévu, la France se divise en deux, Ouest et Sud sont plus épargnés par le coronavirus que le Nord et l’Est. Ainsi, quatre régions basculeront le 11 mai vers le déconfinement en zone « rouge » : l’Île-de-France, les Hauts-de-France, le Grand-Est et la Bourgogne-Franche-Comté. Mayotte, dont la situation s’aggrave quotidiennement, restera pour sa part le seul territoire français sans levée du confinement.

Quant au reste, tout le monde est dans le vert. Cela signifie que dans ces zones, les collèges pourront rouvrir leurs portes à partir du 18 mai, et les parcs et jardins dès le 11 mai. Fin mai, si la situation reste la même, sera également envisagé la réouverture des cafés, bars et restaurants, et des lycées. Ce ne sera pas le cas pour toutes les zones qui resteront en rouge à cette date.

Le parcours du malade : mode d’emploi

Olivier Véran a partagé une bonne nouvelle : « la France est prête pour tester massivement », a-t-il assuré. « Il était temps » diront les détracteurs du gouvernement. Quoiqu’il en soit, si pour une quelconque raison, on vous refuse un test de dépistage, vous pouvez dorénavant contacter le 0800 130 000, un numéro vert qui vous permettra de régler le problème de test PCR.

Le Ministre de la Santé a également expliqué le parcours de soins pour les potentielles victimes du coronavirus. Ainsi, en cas de symptômes, vous devrez contacter votre médecin, un médecin de garde ou à défaut le 15. Vous serez guidé et si nécessaire, vous aurez la prescription d’un test PCR, remboursé à 100% par l’Assurance Maladie. En attendant le résultat de ce test, il vous sera demandé de rester chez vous.

Si vous êtes positif, vous serez contacté par l’Assurance Maladie qui mènera une enquête auprès des personnes avec qui vous avez été en contact lors des jours qui ont précédé vos symptômes. Vous devrez bien sûr rester en isolement. Tous vos contacts devront eux aussi s’isoler pendant sept jours, à l’issue desquels ils seront également testés. Mais même après un test négatif, ils devront encore rester une semaine supplémentaire en quarantaine. Le Ministre de la Santé précise qu’un arrêt de travail sera délivré si nécessaire. « Nous voulons éviter une reprise de l’épidémie », a-t-il martelé.

Des déplacements toujours limités

Avec cet objectif en tête, le gouvernement a décidé de poursuivre une limitation des déplacements de population. Personne ne pourra s’éloigner à plus de 100 km de son domicile à vol d’oiseau sauf en cas de nécessité pour son travail ou pour raison familiale impérieuse.

En Île-de-France, le casse-tête des transports en commun a obligé l’exécutif à prendre des mesures exceptionnelles. Lors des périodes de pointe, une attestation de l’employeur sera nécessaire pour voyager dans les métros, bus ou tramway de la région. Tout contrevenant risquera une amende de 135 euros.

Les commerces rouvrent mais…

Comme prévu, les commerces de proximité vont pouvoir rouvrir leurs portes. Mais cela se fera à la condition qu’ils respectent les consignes dictées en fonction de leur métier. 54 guides sont disponibles sur le site du Ministère du travail pour expliquer les règles à appliquer et faire appliquer à la clientèle.

Pour aider tous ceux qui ont dû fermer boutique durant le confinement, le gouvernement a accordé la suppression des charges sociales des mois de mars, avril et mai. Pour donner un coup de pouce au personnel des EHPAD, en première ligne, le Ministre de la Santé leur a promis une prime de 1 500 euros pour les départements les plus touchés, et 1 000 pour les autres.

De leur côté, les plages resteront fermées, mais le gouvernement a fait preuve de flexibilité. Il a ainsi précisé qu’en cas d’accord du Préfet, suite à une demande d’un Maire, la plage pourra rouvrir. Au préalable, le Maire aura dû décrire les règles qu’il mettra en place pour éviter les risques de propagation du coronavirus sur les littoraux.

Pour le reste, rien de nouveau par rapport à ce qu’Édouard Philippe avait annoncé à l’Assemblée Nationale quelques jours plus tôt.

Écrire un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *