La Russie dépasse les 10 000 cas de coronavirus par jour

Assez discrète depuis le début de la pandémie, la Russie affiche désormais des nouveaux cas de coronavirus à cinq chiffres. Seuls les États-Unis présentent pareil bilan quotidien.

Elle était épargnée jusqu’en avril. La Russie fait désormais partie des pays les plus touchés par la pandémie de coronavirus. Avec 134 687 cas positifs au 3 mai, le pays géant présente le septième plus gros total de malades du COVID-19 au monde. Et à ce rythme, il devrait dépasser l’Allemagne et la France d’ici quelques jours. Avec 10 633 nouveaux cas pour la seule journée du 3 mai, le pays dirigé par Vladimir Poutine entre dans l’œil du cyclone. Même le Premier Ministre Mikhail Mishustin a publiquement annoncé être atteint du virus.

A l’image de l’Allemagne ou des États-Unis, la Russie teste massivement sa population. Déjà plus de 4 millions de tests réalisés sur tout le territoire, c’est plus qu’en Allemagne alors que la pandémie n’est arrivée que début avril. Et comme outre-Rhin, le dépistage massif permet de limiter le nombre de décès : seulement 1 280 à ce jour. Très tôt, la Russie a pris le sujet très au sérieux. Au 7 mars, seuls 17 cas positifs avaient été recensés, mais 51 000 tests avaient été réalisés.

Une politique d’austérité massive

Face à la crise du coronavirus et comme ailleurs, la Russie a répondu par des fermetures massives. Interdiction de rassemblements de plus de 50 personnes dès le 16 mars, fermeture des écoles dès le 21 mars… Petit à petit, les frontières ont également été fermées, jusqu’à empêcher tout étranger d’entrer à partir du 18 mars. Le gouvernement russe a pris toutes ces décisions bien avant que la crise n’impacte le pays. Le premier décès dû au coronavirus, une femme de 79 ans, a été enregistré le 19 mars. Une semaine plus tard, Moscou fermait tous ses commerces non essentiels, suivie quelques jours plus tard par le reste du pays.

Comme en Allemagne, cette prise de conscience anticipée et les mesures de restriction ont sans doute permis de sauver des vies. Même si le pic de la pandémie n’est pas encore atteint, force est de constater que la Russie tient le bon bout d’un point de vue sanitaire. Comme partout ailleurs dans le monde, l’économie du pays est en revanche en grande difficulté. Et si le gouvernement travaille à l’heure actuelle à un plan de sortie de confinement, il est encore trop tôt pour déterminer l’impact qu’aura cette crise sur le géant d’Eurasie.

Écrire un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *