La fête du travail confinée, les manifestations à la maison

Pandémie de coronavirus oblige, la fête du travail 2020 ne ressemble à aucune autre. Pas de manifestation de syndicats, personne dans les rues. Les revendications se font entendre ailleurs, notamment sur les réseaux sociaux et les balcons.

L »exécutif ne pouvait pas rêver d’un 1er mai plus calme. Pourtant, il aurait sans doute préféré le concert de cris syndicalistes au silence des rues lié à la pandémie de coronavirus. Face à l’impossibilité de manifester en cette fête du travail, les syndicats et revendicateurs en tout genre se sont adaptés pour tenter de se faire entendre.

Une appli pour manifester virtuellement

« Même confinés, manifestons toutes et tous le 1er mai avec des pancartes, banderoles ou en envahissant les réseaux sociaux, et donnons à cette journée une véritable force collective », écrivent dans un communiqué commun les organisations syndicales CGT, FSU, Solidaires et les mouvements lycéens Fidl, MNL, UNL et étudiant Unef.

Face à l’impossibilité de se réunir physiquement, une application pour manifester en toute sécurité a vu le jour. Baptisée « Manif.app », elle permet de manifester en ligne via un avatar. Cette fois, plus de décomptes approximatifs de la police ou des organisateurs, le site affiche en temps réel le nombre de manifestants virtuels. Ils étaient plus de 8 000 à 17h, dont une majorité en Île-de-France.

Les réseaux sociaux au rendez-vous

Face à la demande des organisations syndicales, les internautes y sont donc allé de leur pancarte pour dénoncer les injustices qu’ils estiment véritables.

Le hashtag #plusjamaisca, lancé par La France Insoumise, a recueilli plus de 2 000 tweets en ce 1er mai.

Écrire un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *