Emmanuel Macron contrôle les sorties de chez soi

Lors d’une nouvelle allocution télévisée ce lundi 16 mars, le Président de la République, Emmanuel Macron, a décrété l’état de guerre. Face au risque lié au coronavirus, chacun doit désormais rester chez soi, sauf raison valable de sortir.

« Nous sommes en guerre ». Emmanuel Macron l’a répété plusieurs fois durant son discours du 16 mars. « Une guerre contre un ennemi invisible », le coronavirus. Après plusieurs mesures de confinement décidées la semaine dernière, l’heure est désormais officiellement au « chacun chez soi ». Le gouvernement a indiqué 5 bonnes raisons de sortir :

  • Vous devez aller travailler, sans possibilité de télétravail. Vous devez alors avoir un justificatif de votre employeur.
  • Vous avez besoin de faire des courses de première nécessité : alimentaire, pharmacie.
  • Vous avez besoin de consulter un médecin.
  • Vous devez aider un proche en difficulté ou garder des enfants
  • Vous avez besoin de faire de l’exercice physique ou de sortir votre animal de compagnie. Dans ce cas, il est bien précisé qu’il faut le faire seul.

Des sorties contrôlées

Toute sortie doit être accompagnée d’une attestation, une sorte de « bon de sortie » à télécharger ici ou à écrire sur papier libre. Pour les 15 prochains jours au minimum, les réunions de famille ou rencontres entre amis sont bannies. Tout contrevenant sera sanctionné. Une amende de 38 euros pour commencer, qui sera ensuite amenée à 135 euros par décret. Les frontières de l’Union Européenne et de l’Espace Schengen seront également fermées. L’Allemagne n’a pas attendu et a déjà fermé les siennes avec la France.

« Nous gagnerons », a répété également Emmanuel Macron. Et pour cela, le Président de la République a salué le travail de tout le personnel de santé, pour qui les masques seront distribué en priorité. Le Chef de l’Etat a également demandé à tout le monde de ne pas céder à la panique, les magasins alimentaires étant pris d’assaut depuis quelques jours.

Les autres annonces d’Emmanuel Macron

Parmi les autres annonces, on retrouve le report de toutes les réformes, notamment celle de la retraite, à plus tard. Le Parlement ne devra traiter que les urgences liées à la crise du coronavirus. Le Président a également décidé le report du second tour des élections municipales.

Pour les entreprises, il a demandé à ce qu’aucun licenciement, aucune faillite, ne soit prononcé à cause de la situation actuelle : « Nous mettons en place un dispositif exceptionnel de report de charges fiscales et sociales, de soutien au report d’échéances bancaires, et de garantie de l’Etat à hauteur de 300 milliards d’euros pour tous les prêts bancaires contractés auprès des banques pour les plus petites entreprises. Celles qui font face à des difficultés n’auront rien à débourser, ni les impôts, ni les cotisations sociales ; les factures de gaz ou d’électricité ainsi que les loyers devront être suspendus », a-t-il expliqué.

Écrire un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *