Contagion, un film (qui fait peur) à voir en période de confinement

Le film, sorti en 2011 et réalisé par Steven Soderbergh, dépeint avec une précision chirurgicale la propagation d’un virus mortel. Et pour cause, il a été aidé par un épidémiologiste, aujourd’hui en première ligne face au coronavirus COVID-19.

Toute ressemblance avec une situation réelle serait purement fortuite. Et pourtant… Le film Contagion s’assimile en de nombreux points à une oeuvre d’anticipation. Un virus mortel parti d’Asie se propage à vitesse grand V dans le monde entier. Tandis qu’une équipe part à la recherche du « patient zéro » pour trouver la cause du virus, les équipes scientifiques du monde entier tentent de trouver un remède et un vaccin. Cela vous dit quelque chose ?

Un épidémiologiste en soutien

C’est normal. Steve, Soderbergh s’est adjoint les services d’un épidémiologiste, Ian Lipkin, pour réaliser son film. Ce dernier est le directeur du Centre d’Infection et d’Immunité de l’Université de Columbia. Il a notamment été en première ligne lors de l’épidémie de SARS au début des années 2000. Positif au COVID-19 au début de l’épidémie, il a été interviewé par la chaîne américaine Fox Business au sujet du coronavirus. « Si le virus peut m’atteindre, il peut atteindre n’importe qui. C’est le message que je veux transmettre », a-t-il annoncé durant l’interview.

Des similitudes avec la crise du coronavirus, mais aussi des divergences

Dans le film Contagion, le virus devient rapidement une pandémie. Comme pour le coronavirus, tous les pays du monde sont rapidement touchés. La période d’incubation du virus de Contagion est très courte, c’est une grosse différence avec le COVID-19, qui, lui, peut se répandre de manière plus invisible pendant la période d’absence de symptômes. Le film catastrophe montre des scènes spectaculaires de décès de malades. Tous les âges sont touchés. Là encore, grosse différence avec l’épidémie actuelle, qui touche essentiellement les personnes âgées et dont la durée jusqu’au décès éventuel est beaucoup plus longue. Sans en dévoiler davantage, on peut néanmoins souhaiter que certaines scènes ne soient pas transposées dans la réalité.

Écrire un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *