L’Allemagne « contrôle » le coronavirus, la France non

Le ministre de la Santé allemand, Jens Spahn, a assuré vendredi 17 avril que l’épidémie de coronavirus était « sous contrôle et gérable » en Allemagne. Quoi qu’il en soit, force est de constater qu’outre-Rhin, la situation est bien meilleure qu’en France.

L’Allemagne est en avance sur la France. Rien qu’en étudiant les courbes de contamination et de décès des deux pays, l’évidence est là.


Nombre de cas positifs de coronavirus comparitivement en France et en Allemagne

Nombre de décès du coronavirus comparativement en France et en Allemagne

Dès le départ, les stratégies ont été diamétralement opposées. Si en France, on n’a pas souhaité (ou pu ?) dépister massivement, l’Allemagne a fait du dépistage systématique une règle. Résultat, si les nombres de cas positifs officiels en France et en Allemagne sont comparables, ils ne le sont pas en réalité. La France n’a comptabilisé presque uniquement les arrivées à l’hôpital, donc des cas graves de coronavirus. L’observation de la maladie montre que seulement 10% des personnes atteintes ont besoin d’être hospitalisées. Le nombre de cas réels en France pourrait donc tout aussi bien être multiplié par 10.

Un dépistage efficace du coronavirus en Allemagne

En Allemagne, le dépistage n’a pas seulement concerné les malades, mais également tous les contacts de ces derniers. Cette stratégie, similaire à celle de la Corée du Sud, a permis d’isoler les malades et les porteurs sains du reste de la population, et ainsi de limiter la propagation du virus. Pour réussir ce tour de force, le gouvernement allemand a mobilisé dès le mois de janvier les laboratoires du pays pour réaliser les tests nécessaires.

Fin mars, la capacité de production allemande tournait autour de 500 000 tests par semaine. L’objectif, révélé par plusieurs médias allemands début avril, table même sur 200 000 tests par jour. Pendant ce temps, en France, Olivier Véran, le Ministre de la Santé, parle de 50 000 tests quotidiens fin avril, soit quatre fois moins qu’outre-Rhin. Et Emmanuel Macron a annoncé encore lundi 13 avril que tout le monde ne serait pas testé, donc les porteurs sains français auront encore tout loisir de contaminer leurs voisins une fois le confinement levé…

Un confinement mis en place plus tôt en Allemagne

D’un point de vue de la propagation du virus dans la population, on a vu qu’on ne pouvait pas comparer le nombre de cas positifs à cause de stratégies opposées entre la France et l’Allemagne. En revanche, il est possible de comparer le nombre de décès, compte tenu de la qualité similaire des deux systèmes de santé. La France a atteint les 150 victimes du coronavirus le 17 mars, jour de commencement du confinement dans l’Hexagone. L’Allemagne a atteint ce chiffre une semaine plus tard, le 24 mars, mais avait déjà pris des mesures de restrictions de déplacement le 20 mars. Quatre jours de gagnés côté allemand, cela peut paraître peu, mais compte tenu de la vitesse de propagation du coronavirus, c’est énorme (voir le schéma ci-dessous).

l'impact d'un jour de confinement plus tôt sur la propagation du coronavirus

Des hôpitaux allemands loin de la saturation

Ces deux stratégies – dépistage massif et distanciation sociale avancée – ont permis à l’Allemagne de réduire drastiquement la contamination de sa population et le nombre de cas graves. Les hôpitaux allemands, mieux équipés avec 28 000 lits destinés aux soins intensifs, contre 5 000 en France, sont ainsi loin de la saturation. Côté français, on s’active pour atteindre les 14 000 places en réanimation, objectif annoncé le 28 mars par Olivier Véran, mais c’est déjà trop tard. Car plusieurs départements, comme la Seine-Saint-Denis, sont saturés.

Une sortie du confinement progressive de l’Allemagne, avant la France

Grâce à ces résultats positifs, l’Allemagne peut aujourd’hui se targuer d’un bilan moins lourd en vie humaines que ses voisins européens. Rapporté à la population du pays, seule l’Islande affiche un pourcentage de population aussi atteint pour si peu de morts. Mais le cas de cette île nordique peu habitée reste difficilement comparable à celui d’un pays de 83 millions d’habitants.

Ainsi, le ministre de la Santé allemand, Jens Spahn, a annoncé que la pandémie de coronavirus était « sous contrôle et gérable » en Allemagne. Au point que le pays s’apprête à sortir pas à pas des mesures de confinement dès le 3 mai, soit une semaine avant la France.

Écrire un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *